Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 09:17

Coïncidence fortuite ou volonté de marcher sur les pas de Colette un fameux jour de septembre alors qu’elle revenait « d’une villégiature franc-comtoise regrettant un septembre roux, à grappes de raisins petits et sucrés, de pêches jaunes et dures dont le cœur était d’un violet sanglant,.. ». Le fameux jour où Willy, fils d’une famille lédonienne, les Gauthier-Villars, et premier époux de Colette décida de ranger son bureau et « ouvrit un cahier et le feuilleta :

- C’est gentil…

Il ouvrit un second cahier, ne dit plus rien- un troisième et un quatrième…

-  Nom de Dieu ! grommela-t-il, je ne suis qu’un c…

Il rafla en désordre les cahiers, sauta sur son chapeau à bords plats, courut chez un éditeur…

Et voilà comment je suis devenue écrivain. », extraits de Mes apprentissages

Ces fameux cahiers que Colette avait noircis : Claudine à l’école, Claudine à Paris,…

Ces fameux cahiers qui constituèrent sa gloire et son désarroi.

Des textes qui ont bercé notre enfance, complexifié nos dictées de jeunes écoliers…

C’est toute cette nostalgie que les 900 visiteurs du week-end du 17 et 18 septembre 2011  a cherché à revivre sur le site du chalet Colette que la très jeune épouse évoque dans Mes apprentissages   « Protégée sur la colline aux chalets, en proie aux enfants bienveillants, j’ai passé deux ou trois étés de ma jeunesse dans une paix d’ouvroir…Des voix patientes parlaient diocèses, carêmes, pâtes sans œufs pendant la semaine de la passion, petit poisson et grand poisson, blâmaient l’évêque tolérant qui autorisait le chocolat à la collation… ».

Mais « Gabrielle » sous différents prétextes fuyait cette grande famille vers le troisième chalet des invités, sa tresse sur les jarrets où l’attendait l’homme dispensateur de ce plaisir qu’il lui donnera jusqu’à la faire ployer dans l’absolue docilité.

Le voisinage se souvient encore des frasques d’une Gabrielle éhontée et provocatrice.

La belle-famille avait d’ailleurs refusé d’assister au mariage de leur fils Henry, dit Willy.

 

Coup du sort ou clin d’œil à la destinée de ce chalet aujourd’hui établissement public d’enseignement.

 Colette, écrivaine internationale, ne passera que deux examens de culture générale :

-          en 1885, le certificat d’Etudes Primaires ; elle a 12 ans

-          en 1889, le Brevet Elémentaire, à Auxerre ; elles ne seront que 8 du canton à être reçues.

 Elle obtient les notes suivantes :

-          17 sur 20 en rédaction

-          16 en orthographe

-          11 en écriture, (elle n’aime pas écrire)

-          9 en arithmétique

-          10 sur 10 en solfège

Colette écrira même dans un journal à rebours : « Non, je ne voulais pas écrire… dans ma jeunesse je n’ai jamais désiré écrire… Quelle douceur j’ai pu goûter à une telle absence de vocation littéraire. »

Willy lui veut tout mener de front : livrets d’opéras, critique musicale, adaptations de pièces étrangères, romans…il lui faut donc un atelier de « nègres », parmi eux Debussy !

Monsieur Willy n’écrivait pas… « Il corrige, remanie,…et signe. »

Le «cas Willy » présente une singularité unique : l’homme qui n’écrivait pas avait plus de talent que ceux qui écrivaient en son lieu et place.

 

Coup de projecteur sur le chalet Colette ou ouverture d’un site culturel intergénérationnel.

La dynamique initiée par le lycée Mancy autour du chalet Colette lors des journées européennes du patrimoine répondait à plusieurs objectifs :

-          faire découvrir le site où la célèbre écrivaine a séjourné, le chalet, le parc

-          évoquer  l’histoire conjugale et littéraire de Willy et de Colette et la lune de miel de la rupture

-          capitaliser les témoignages des visiteurs

-          réaliser un travail de veille sur les suggestions, les demandes,… autour de ce site

Le bilan du week-end, si l’on se rapporte aux statistiques, montre un réel engouement pour l’écrivaine Colette, sa vie et ses œuvres.

 

L’exposition « Colette à l’heure de Willy »,la conférence « Et, Willy créa Colette..  », l’approche littéraire et ludique « Jouons avec Colette », ont réveillé ou éveillé des émotions, des questions, des envies de lire, de réfléchir, d’écrire, d’échanger…de la part des visiteurs.

La dégustation des recettes Colette a régalé les papilles et suscité des talents de cuisinière.

 

Beaucoup d’intérêt et d’envies donc autour de cet écrivain aux multiples facettes.

Des visiteurs nous ont fait des propositions même d’interventions, de conférences, d’animations, d’ateliers cuisine

Et, le groupe de travail constitué pour la première ouverture du chalet Colette,  vous invite à nous rejoindre en nous contactant à l'adresse : atouzage@educagri.fr pour nous faire part de vos suggestions.

 

Et si après l’ouverture de « ce premier cahier, on ouvrait le deuxième cahier », pour éviter de dire plus tard, « je ne suis qu’un c… ». 

Partager cet article

Repost 0
Published by Atouzage - dans Publications
commenter cet article

commentaires

Infos - Atouzage

  • : Atouzage : échanges intergénérationnels
  • Atouzage : échanges intergénérationnels
  • : Atouzage a pour objectif de développer des projets favorisant la rencontre et la solidarité entre les générations.
  • Contact

Recherche

Accueil - Atouzage

Actualités

Liens